Retraites : reculer pour mieux sauter ?

Après s’être« attaqué »  au Code du travail en 2017, le gouvernement devait lancer pour 2018 la mise en place d’une loi-cadre d’unification des systèmes de retraite.

Pour ce faire, une réunion de « calage » a été conduite la semaine dernière (24/11) par le président de la République, entre le premier ministre, des ministres concernés par la réforme(Solidarités et santé, action et comptes publics) et le Haut-commissaire aux retraites J.P. Delevoye.

Ce dernier avait commencé à recevoir les organisations syndicales et patronales et des rencontres sont encore à prévoir.

Mais comme les élections professionnelles de la fonction publique sont prévues pour fin 2018, il y a de fortes probabilités que cette réforme soit lancée après les élections européennes (juin 2019).

Les trois principes du système français : (Ces trois principes ne sont pas impactés par la réforme) Répartition : les actifs « paient » pour les retraités Obligation de cotiser Contributif : plus on cotise, plus on perçoit de pension

La ligne directrice de la réforme se résume à un slogan : « Un euro cotisé donne à tous les mêmes droits à pension ».

Cela implique la disparition de la quarantaine de systèmes de retraite actuels afin d’aboutir à un régime « universel »appuyé sur un nouveau mode de calcul qui reprend le système des points des retraites complémentaires.

A partir de ce cumul de points, la pension est calculée en fonction de divers paramètres (années cotisées, espérance de vie, pénibilité,etc.), argument « massue » (et contraire à l’objectif d’universalité ….), ce système par points permet de changer de statut en cours de carrière…..


Les trois catégories de régimes en France : (Ces trois catégories disparaissent pour n’en faire plus qu’une, tout comme la retraite de base et complémentaire)

Général : 68,4% des actifs (chiffres 2015)
Spéciaux du service public : 18,36%
Non-salariés : 10,5%

Selon certain, en « garde-fou », il y aura toujours la promesse de campagne du candidat Macron de ne pas augmenter l’âge légal de départ ou la durée de cotisations ….

Il ne faut pas être « dupe », ce n’est pas par soucis« d’équité » que se profile cette réforme à l’horizon. Ce sera encore une fois un « coup de rabot »pour les salariés afin d’assainir les comptes de l’Etat !

Pendant ce temps, l’évasion fiscale, pardon, « l’optimisation fiscale », continue …

Jean-François COUE